IN HAUT DE CH'TERRIL

EDMOND TANIERE


LES TERRILS DE LA REGION DE LIEVIN VERS 1970

Din ché corons qué r'mue-ménage
Les mineurs viennent d'avoir leurs congés
Prennent leurs valises et partent voyager
A la campagne, pour vir' leur parinté
Mi comm' les aut' j'prinds mes bagages
Et j'm'in vas mais j'quitte pas min pat'lin
J'vos du pays, de l'manière que j' m'y prinds
Sans débourser un sou d'train




Eu' j'passe mes vacances, tout in haut de ch'terril
J'ai toudis d'la chance, eu' l'terrain y est jamais pris
J'monte m'toil' ed' tente, euj' vis tout seul, euj' m'arringe
Eu' j' siffle, eu' j'ris , eu' j'cante
Eu' sus heureux d'faire du campinge
J' m'fais la popote, euj' vis bin mieux qu'à l'hôtel
J'mets comme les cocottes du rouge à mes ortels
Du haut de m'couplette, je m'cros à Chambery
Mais je suis pompet' tout in haut de ch'terril
Comme points d'vue, fot vir' ch'que j'dégote
Des bos, les prairies des environs, les villach's, Les vill's, nos corons
Et je m'rince l'oeil ça n'me coûte pas un rond
Sur m'in feu d'bos j'fais tout m'gargote
Viandes, pom'tierr'frites, morciaux d'lard
Et j'ai monté 35 lit' ed'pinard, pour mi chucher, in pèr' peinard




Eu' j'passe mes vacances tout in haut de ch'terril
J'ai toudis d'la chance, ad'vir c'que j'vos, ch'est à mi
Quand arrive el'soir, eu' j' vos v'nir el's'amoureux
I's attind'nt qui fasse noir , mais mi je n'les quitte pas des yeux
I' vont s'inlachant, s'disant des balivernes
Tout in s'imbrassant, din chè blés, din ch'luzerne
I'font des papoul's, in s'app'lant "Mon chéri"
Et mi j'vos tout cha, tout in haut de ch'terril
Mais avant-hier j'ai point-z-eu d'chance
D'un seul cau v'là qui s'met à pleuvoir
J'rint' à l'abri sous min perchoir
Eu' m' tent' ell' pichot, ch'tot pir qu'un arrosoir
Alors j'ai poussé la romance, j'ai sorti pour m'éviter l' cafard
Et j'ai flûté cinq, six lit' ed' pinard
In berloquant comm'in pochard
J'ai dégringolé tout in bas de ch'terril
Arrivé au pied , je m'suis rel'vé tout meurtri
Eu' ch'é pus quoqu' j'ai fait, j'avos tel'mint eun' cuite
A la place de m'baratte, j'avos su' m' tiêt, ch'caudron à frites
A forch' ed' bourr'ler eum' panche sur les caillots
Ya eun' certain' plach' y m'in manquot in morchiau
J'y ai mis un bout d'loque, eu' j'sus pas prêt d'êt' guéri
Et eu'sus r'monté tout in haut de ch'terril




Alors pendant trente ans, l'mineur campeur
I n'quitte pas sin cher terril
Mêm' pinsionné, il y va comm' au passé
Seul'mint, aujourd'hui, y'est malade
Eu'l foss', elle l'a usé, y'est din sin lit
Et les larmes aux yeux
In ravisant à travers un carreau, y dit tout bas :



Comme cha va vit' comme el temps passe
Au terril j'ai campé bin d's'années
A ch't'heure y faut l'abandonner
Je n'sus plus qu'un vieux mineur pinsionné
Et j'n'ai pus qu'des och' din m'carcasse
J'sus vieilli, mes gambes sont ramollies
Et de m'fermiêt'in étant din min lit
In t'ravisant, j'ai dit ch'est fini





Je n'mont'rai plus jamais, tout in haut de ch'terril
Fini, désormais, l'méd'cin j'lai bin compris
Par 40 ans d'fond, mes poumons y'ont queq'chosse
La poussièr' ed carbon , on appelle cha, la silicosse
C'est bintôt min tour ed'partir, comme tant d'vieux
Ed'faire un long séjour là-haut auprès du bon Dieu
J'espèr' qui m'laissera, quand j's'rai au paradis
Core v'nir in vacances, tout in haut d'min terril


Retour chansons du nord
Retour chansons du Nord